Les Bonnes, Jean Genet

En combien d'actes et de scènes cette pièce est-elle structurée? Est-ce une structure classique? Expliquez.

Crescendo

  1. Quel rôle Claire joue-t-elle? Et Solange?
  2. Pourquoi parle-t-on du laitier?
  3. Pourquoi parle-t-elle de crachats? (17)
  4. Comment utilise-t-elle un peu plus loin le verbe "cracher" (20)?
  5. Repérez les moments dans le texte où Claire passe du tutoiement au vouvoiement. Qu'est-ce que cela indique?
  6. A quel scandale touchant "Monsieur" est-il fait allusion? (21)
  7. Qu'est-ce que c'est un "codicille"? (22)
  8. Comment la chambre des bonnes est-elle décrite (22-23)?
  9. Remarquez l'utilisation de la deuxième personne du pluriel (nous/nos p.23): qu'est-ce que cela indique? A qui est-ce que cela fait référence?
  10. Relevez les mots exprimant le dégoût. Quel type de dégoût? Tactile? Olfactif? Que représente ce dégoût?
  11. Contre quoi Solange met-elle Claire en garde lorsqu'elle s'exclame "Il ne faut pas exagérer. Vos yeux s'allument. Vous atteignez la rive" (25)? De quelle rive parle-t-elle? Quel est le sens littéral du mot "rive"? Et ici, quel est le sens figuratif?
  12. Expliquez "l'instant où tu quittes ton rôle" (26) et "Je grandis davantage pour te réduire et t'exalter" (27). " Les verbes "réduire" et "exalter" ne sont-ils pas antinomiques? Expliquez comment ils sont combinés ici. Pourquoi avoir choisi des verbes en apparence contradictoire? Quel est le paradoxe ici? En d'autres termes, comment Claire incite-t-elle Solange à la violence verbale et pourquoi?
  13. Expliquez la réplique "Claire, Solange, Claire" (29). A quel jeu de rôle assistons-nous ici?
  14. Expliquez les deux sens différents de "interdire" (30).

Le réveille-matin sonne

  1. Quand le réveille-matin sonne, que vient-il interrompre (32)? Qui a mis le réveil à sonner et pourquoi? Expliquez "Tu n'as pas pu aller jusqu'au bout" (32): au bout de quoi?
  2. A quel jeu nocturne se livre Claire selon Solange (38-39)?
  3. Qu'est-ce que les bonnes reprochent à Madame (40-41), en particulier à son amour et à sa douceur?
  4. "Mais être bonne quand on est une bonne! On se contente de parader pendant qu'on fait le ménage ou la vaisselle" (41). Expliquez. Remarquez le jeu sur le double sens des mots. Comment le langage peut-il se retourner? Est-ce que cela a un sens dans la pièce?
  5. Qu'est-ce que Claire cherchait dans le secrétaire de ses employeurs? Pendant ce temps, quels fantasmes agitaient l'esprit de Solange?
  6. Qu'est-ce que c'est, la "cérémonie"?
  7. Quelles envies meurtrières Solange avoue-t-elle à sa soeur (50-51)? Pourquoi celle-ci dit-elle "Tu m'étouffes"(51)?

Le téléphone sonne

  1. Expliquez en quoi un coup de téléphone au théâtre peut être théâtral.
  2. Expliquez le coup de téléphone de Monsieur (53). Que dit-il? En quoi est-ce cela concerne les bonnes (53-54). Comment réagissent-elles à cette nouvelle? Que craignent-elles?
  3. Qu'est-ce que Claire reproche à Solange (54-55)?
  4. Remarquez le terme " la putride" (57). Pourquoi les soeurs se dégoûtent-elles mutuellement (58)? Pourquoi est-ce en miroir? Que signifie ce dégoût? Qu'est-ce qui le provoque? Comment ce dégoût pourrait-il provoquer l'assassinat de Madame (58)?
  5. Comment Claire envisage-t-elle les conséquences possibles d'un assassinat (59-60)?
  6. Qu'est-ce que le gardénal (63) laisse présager?

Sonnerie à la porte d'entrée

  1. De quoi Madame félicite-t-elle les bonnes? En quoi est-ce que cela l'exalte dans sa douleur? Quelle ironie peut-on entendre dans le mot "reposoir" (65)?
  2. En quoi les malheurs de Madame touchent-ils au tragique et au sublime dans la description qu'elle en donne? Commentez en particulier "moi, je m'avance au milieu d'un parterre, sous des tonnelles, avec le désespoir dans l'âme" et "morte sous vos fleurs" (66).
  3. "jusqu'au bagne, Solange" (69). Qui dit cela? A quel autre moment a-t-on parlé de bagne auparavant? Dans les deux cas, la représentation du bagne vous semble-t-elle réaliste? Quant au mot "exaltation" (70), ne vous rappelle-t-il pas un autre moment de la pièce? A quoi doit ici servir l'exaltation de Madame?
  4. Pourquoi est-ce que Solange bafouille (71)?
  5. Commentez "Votre gentillesse m'agace. Elle m'accable. Elle m'étouffe" (71). Quand est-ce que le verbe étouffer est utilisé auparavant? Peut-on observer un parallèle avec la prétendue bonté de Madame?
  6. Expliquez comment Madame s'apitoie sur son propre sort. Comment se propose-t-elle de jouer son rôle de femme effondrée par le chagrin? Comment les bonnes réagissent-elle? Relevez les moments 1) les plus ridicules et 2) les plus insultants pour les bonnes.
  7. A votre avis, pour est-ce que Claire s'exclame "Oh! le manteau de parade!" (78).
  8. Relevez les mensonges des bonens en la présence de Madame. Pourquoi mentent-elles? Que doivent-elles dissimuler?
  9. Relevez leurs flatteries. A votre avis, que pensent-elles vraiment?
  10. Que se passe-t-il lorsque Madame remarque que le récepteur du téléphone est décroché (81-82)?
  11. Remarquez la brévité des répliques.
  12. Madame avait dit ne plus se préoccuper de son confort personnel: est-ce confirmé apr ses propos (83-84)?
  13. Quel contraste peut-on voir entre le tilleul proposé par Claire et le champagne que Madame se propose de boire (85-86)?
  14. Remarquez le terme "souveraines" (87): est-il utilisé plus tôt? Quelle est ici l'ironie?
  15. Expliquez l'amertume de Claire lorsqu'elle se récite les "bontés" de Madame.
  16. Pourquoi Claire insiste-t-elle quant au tilleul (89)?
  17. Comment Madame, riant, lui répond-elle? Croyait-elle si bien dire?
  18. Remarquez la répétition de "Ce soir, je boirai du champagne" (89). En quoi cette phrase marque-t-elle la victoire de Madame?
  19. "Madame s'échappe" (90): quels sont ici les sens multiples du terme, selon la perspective d'un auditeur averti (le public)?

Madame s'est échappée...

  1. Qui avait l'intention d'empoisonner qui? Pourquoi Claire accuse-t-elle Madame de les empoisonner (90)? Voyez-vous une certaine inversion de la morale? Que pensez-vous de cette façon de voir les choses?
  2. Qu'est-ce que Solange reproche à Claire (91)?
  3. Qu'est-ce que les soeurs redoutent?
  4. Qu'es-tce que Claire reproche aux objets (93)?
  5. Pourquoi Solange reprend-elle soudainement le vouvoiement (96)?
  6. Expliquez l'expression "Claire ou Solange" (97). Que signifie-t-elle?
  7. Expliquez le jeu de miroirs.
  8. De quelle "métamorphose" est-il ici question (98)? Pourquoi devraient-elles se presser, se dépêcher?
  9. Expliquez l'alternance du tutoiement et du vouvoiement (102-103). Expliquez-en le mécanisme et la signification.
  10. Pourquoi Claire s'écrit-elle "Tu vas trop loin" (102) puis "Vous me tuez" (103). Quel est le double sens (littéral et figuratif) de cette expression?
  11. Observez le long monologue de Solange (105-108): joue-t-elle le même jeu, le même rôle? Expliquez ce qui a changé.
  12. Comment imagine-t-elle son arrestation (107-108)? Qu'en pensez-vous?
  13. Pourquoi dit-elle "Maintenant, nous sommes mademoiselle Solange Lemercier" (109)? Comment "nous" peut être une seule personne?
  14. Quel est "le monde des réprouvés" (109)?
  15. Comment Claire réagit-elle au monologue de Solange (109)? Qu'exige-t-elle et pourquoi (110-111)? Quelles paroles Claire fait-elle répéter à Solange (112)? Que signifient ces paroles?
  16. Comment cette pièce se finit-elle? Que pensez-vous de cette fin?

 

"Je vous ai dit, Claire, d'éviter les crachats. Qu'ils dorment en vous, ma fille, qu'il y croupissent. Ah! Ah! Vous êtes hideuse, ma belle. Penchez-vous davantage et vous regardez dans mes souliers. Pensez-vous qu'il me soit agréable de me savoir le pied enveloppé par les voiles de votre salive? Par la brume de vos marécages?"

"Ainsi Madame nous tue avec sa douceur! Avec sa bonté, Madame nous empoisonne. Car Madame est bonne! Madame est belle! Madame est douce! Elle nous permet un bain chaque dimanche et dans sa baignoire. Elle nous tend quelquefois une dragée. Elle nous comble de fleurs fanées. Madame prépare nos tisanes. Madame nous parle de Monsieur à nous en faire chavirer. Car Madame est bonne! Madame est belle! Madame est douce! "

"Je voudrais t'aider. Je voudrais te consoler, mais je sais que je te dégoûte. Je te répugne. Et je le sais puisque tu me dégoûtes. Saimer dans le dégoût, ce n'est pas s'aimer."

 

 

Dr. Cottille-Foley, 215 Swann, School of Modern Languages